Retour à la liste

L’Afnic publie un nouveau dossier thématique sur la chaîne de blocs (blockchain)

23 janvier 2017

Cette publication revient sur la technologie appelée chaîne de blocs popularisée par le système de paiement Bitcoin, et explore ses usages possibles dans les activités de registre.

La chaîne de blocs (blockchain en anglais) est une technologie de stockage et de transmission d'informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. C’est aussi une base de données qui contient l'historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création.

Surtout connue par son utilisation dans le système de paiement « répartie » ou « pair-à-pair » Bitcoin, la chaine de blocs peut également être utilisée lors d’autres activités où des acteurs différents font appel à une autorité centrale, à laquelle on pourrait substituer une chaine de blocs.

Ce dossier thématique propose une explication simple et objective de ce qu’est cette technologie, son fonctionnement, ses principales utilisations à ce jour, ses limites (techniques, sécurité des données…) et ses possibles applications dans l’activité de registre de noms de domaine.

Une bonne façon d’appréhender ou de redécouvrir une technologie qui pose de nombreuses questions non résolues mais s’avère pleine de promesses.

 

Téléchargez le Dossier thématique "La chaîne de blocs"

 

Aller plus loin

 

Read this page in English Haut de page

A propos de l'AFNIC

Créée en 1997, l’Afnic (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération), est une association à but non lucratif. Désignée par l'État pour gérer les noms de domaine en .fr, elle en assure la promotion auprès des entrepreneurs et des particuliers. Gestionnaire historique avec plus de 3 millions de noms de domaine en .fr à ce jour, elle se positionne également comme fournisseur de solutions techniques et de services de registre : elle accompagne ainsi 14 projets de nouveaux domaines Internet de premier niveau dont le .paris et le .bzh. L’Afnic est implantée à Saint-Quentin en Yvelines : 80 personnes travaillent ainsi à ce bien commun qu’est l’Internet français.