Focus sur le lancement de .paris

Décembre 2014

Plus de 80 % des dépôts réalisés au cours des 24 premières heures ayant suivi le lancement de .paris ont été réalisés dans la première heure.
Avec des contrastes entre cette nouvelle extension et le .fr, en termes de répartition géographique des titulaires comme de concentration parmi les bureaux d’enregistrement.

 

Le .paris a été ouvert le 2 décembre à 14 heures. Le schéma ci-dessus met en exergue le pic des créations ayant immédiatement suivi l’ouverture, ces créations venant s’ajouter aux noms déposés pendant la sunrise period.

 

 Evolution du stock de .paris pendant les premières 24 heuresÉvolution du stock de .paris pendant les premières 24 heures

(Progression en pourcentages du stock en fin de période)

 

Des titulaires sensibles à l’effet de proximité, mais aussi à l’aura internationale de la Ville

Le .paris est un géo-TLD, c’est-à-dire une extension Internet évoquant un lien avec un lieu géographique précis, la ville de Paris en l’occurrence. Cette définition qui pourrait paraître théorique est confirmée par la répartition géographique des titulaires.

Ainsi, 49 % des titulaires sont situés à Paris même, 64% dans la région Île-de-France et 85% en France.
Les principaux pays d’origine des 15 % de titulaires étrangers sont l’Allemagne, les États-Unis, la Suisse, le Royaume-Uni et les Pays-bas. Ce fort pourcentage de titulaires situés à l’étranger – il n’y en a que quelques pourcents sous .fr - témoigne de la renommée internationale de la « marque » Paris.

Des dynamiques de bureaux d’enregistrement se démarquant de celles du .fr

Le Top 3 des principaux bureaux d’enregistrements actifs sur le .paris représente 63 % des noms déposés, contre 60 % pour le .fr. Mais le Top 10 « pèse » déjà 86 % contre 76 % pour le .fr.

On peut conclure de ces données, qu’à quelques jours de son lancement, le .paris est plus concentré entre quelques bureaux d’enregistrements ayant choisi de le commercialiser dès son ouverture, que le .fr plus ancien disposant d’une base de partenaires plus large.
Ce constat est à la fois logique et évolutif.

  • Logique, parce que cette nouvelle extension étant à caractère géographique, elle a d’abord intéressé les bureaux d’enregistrement pour qui elle constituait une zone de chalandise privilégiée.
  • Évolutif, parce que de nombreux prestataires locaux, qui ne proposent pas encore à leurs clients cette nouvelle opportunité de communication, ne tarderont pas à se mettre sur les rangs – diluant d’autant les leaders bénéficiant aujourd’hui de la prime aux premiers entrants.

En savoir plus

 

 

Read this page in English Haut de page